You are here

KOLOALA par transfert de gestion

Une des conditions de la réussite de la gestion durable des ressources forestières est l’implication des populations riveraines dans la protection et la valorisation de ces ressources, fondement du concept KOLOALA. Ce concept prône une gestion collaborative qui prévoit la mise en œuvre d’un plan d’aménagement et de gestion des forêts, la définition claire des rôles et responsabilités, ainsi que les bénéfices des parties prenantes. Dans l’application de ce concept, plusieurs modalités sont possibles. AIM opte pour un KOLOALA par transfert de gestion qui permet de rendre effective la gestion décentralisée des ressources forestières, en déléguant une partie du pouvoir de l’administration forestière aux communautés de base, et de faire bénéficier les populations locales des actions de valorisation opérées au niveau des zones forestières transférées. Ce concept trouve sa base légale dans l’application des textes réglementaires, tels quele décret 2001-122 fixant les conditions de mise en œuvre de la gestion contractualisée des forêts de l’Etat, et le décret 2000-027 relatif aux communautés de base chargées de la gestion locale des ressources naturelles renouvelables.

Expertise développée par AIM
Accompagnement de la communauté dans la valorisation du processus de transfert de gestion des ressources forestières.

Défis

  • Participation effective et efficace des communautés locales dans le processus et la mise en œuvre pratique de la gestion des ressources forestières, en conformité à la législation en vigueur
  • Implication de tous les intervenants dans le processus de gestion durable des ressources forestières en dehors des aires protégées et des zones prioritaires pour le SAPM.
  • Respect de l’aménagement de sites de gestion économique viables en dehors des aires protégées pour une production ligneuse soutenue.
  • Intégration du traitement de la biodiversité et des services écologiques dans l’activité d’aménagement forestier durable

Thématique à développer

  1. Mise en place d’un système de suivi participatif des actions à multi-échelle (local, régional et national)
  2. Amélioration et adaptation du cadre réglementaire
  3. Vision territoriale de la gestion participative des ressources naturelles

Formes de collaboration souhaitée
AIM est prête à collaborer avec des structures étatiques, des ONG, le secteur privé et des centres de recherche pour appliquer ce principe de gestion durable des ressources forestières par l’implication des communautés de base : mise en œuvre des projets d’appui à la gestion forestière, réalisation des recherches participatives, cofinancement des activités d’appui aux communautés gestionnaires des ressources forestières.
 

Principales expériences d'AIM dans le domaine 

Pour un développement durable

faire un don